Le jardinage sur de petits espaces intérieur

jardinage sur de petits espaces
Jardin intérieur
Vus: 71Vus: 72
Temps de lecture:12 Minute, 2 Second

Même si vous n’avez pas la main verte, ce guide étape par étape vous aidera à créer facilement un jardin d’intérieur pour les légumes et les herbes.

Comment démarrer et entretenir un jardin intérieur pour des produits frais à la maison

Si vous êtes un citadin sans espace extérieur ou si vous disposez d’un balcon, créer un mini jardin est réalisable. Apportez l’extérieur – et toute sa verdure luxuriante, sa saleté et ses odeurs – à l’intérieur avec un jardin intérieur.

La touche spéciale nécessaire pour entretenir un jardin intérieur n’est pas nécessairement quelque chose avec laquelle vous êtes né. Tout le monde peut développer la main verte. C’est comme toute autre chose – vous devez vous entraîner. Plus vous vous entraînez, plus vous aurez la main verte.

Prêt à essayer le jardinage d’intérieur ? Suivez ce guide pas à pas pour créer un jardin potager d’intérieur ou un jardin d’herbes aromatiques, le mettre en place et réussir.

Étape 1 : Décidez quelles herbes et quels légumes vous voulez et pouvez cultiver

Avant de mettre de la terre, des graines et de l’eau dans un pot, vous devez planifier soigneusement votre jardin d’intérieur. Posez-vous la question : De combien d’espace disposez-vous pour jardiner ? Utiliserez-vous la lumière artificielle pour élargir les possibilités de plantation ? Et quelles herbes et quels légumes mangez-vous et utilisez-vous pour préparer vos repas. Ces questions vous aideront à déterminer quelles herbes et quels légumes – et combien de chacun – et si vous êtes en mesure de maintenir vos conditions de culture. Si vous prévoyez de n’utiliser que la lumière naturelle dans votre appartement légèrement ombragé, par exemple, vous ne pourrez pas faire pousser de poivrons. Et si vous ne disposez que d’une petite partie ensoleillée, vous ne pourrez probablement pas faire pousser des dizaines de plantes.

Les meilleurs légumes pour un jardin d’intérieur

Étant donné que la lumière naturelle peut être un défi lors de la culture en intérieur, choisissez des plantes qui peuvent tolérer un peu d’ombre, comme la laitue frisée, les épinards, la roquette et le chou frisé. Ces légumes verts prennent environ 45 jours pour atteindre la maturité, ce qui signifie que vous pouvez avoir une salade fraîche en un mois et demi. En ce qui concerne les légumes en dehors du domaine des verts, les radis, les betteraves et les carottes, peuvent résister à l’ombre des jardins intérieurs. Si la patience n’est pas une vertu pour laquelle vous êtes connu, les microgreens sont le meilleur choix – ces petits verts mais puissants sur le plan nutritionnel peuvent être récoltés seulement 10 jours après la plantation des graines.

Microgreen Image par KTRYNA

Si vous espérez obtenir des tomates cerise, des aubergines ou des poivrons frais cultivés en intérieur, il vous faudra faire un peu plus d’efforts. Ces plantes ont besoin d’un maximum de lumière solaire et produisent des fleurs qui doivent être pollinisées pour donner des fruits. Contrairement aux légumes feuilles, aux plantes racines et aux tubercules, qui s’autofécondent, ces plantes dépendent généralement des bourdons et du vent pour faire passer le pollen des structures de reproduction mâles aux structures de reproduction femelles.

Les légumes que vous devriez probablement éviter de cultiver dans un jardin intérieur: citrouilles, pastèques et courges, et pas seulement pour les problèmes de taille évidents. Ces plantes ont tendance à grimper, s’étendre et, dans l’ensemble, prendre beaucoup d’espace. Les haricots et les pois ne sont pas non plus les plus faciles à cultiver à l’intérieur, car ils poussent sur des treillis.

A lire aussi :  Comment profiter des bienfaits des herbes aromatiques

Les meilleures herbes pour un jardin d’intérieur

Pour les jardins d’herbes aromatiques d’intérieur, choisissez le basilic, la ciboulette, la menthe, l’origan, le persil, la sauge et le thym – des boosters de saveurs qui prospèrent bien en intérieur. Le romarin et les feuilles de laurier peuvent être un peu plus difficiles à entretenir, tandis que la coriandre aime les températures plus fraîches et nécessite plusieurs plantations pour constituer suffisamment d’approvisionnement pour être réellement utilisée dans votre cuisine. 

Étape 2 : Choisissez entre un jardin d’intérieur en terre ou hydroponique

L’utilisation de pots remplis de terre est la façon la plus courante de faire pousser des herbes et des légumes à l’intérieur, mais ce n’est pas la seule. Dans les jardins d’intérieur, le terreau aide à ancrer les plantes, fournit un espace d’air pour que l’oxygène puisse atteindre les racines et sert de réservoir pour l’eau et les nutriments.

Cependant, les jardins hydroponiques, qui consistent à faire pousser les plantes directement dans de l’eau, sont de plus en plus populaires. Dans ce système de culture, l’eau douce aide à fournir de l’oxygène aux racines, et un engrais liquide est ajouté à l’eau pour donner aux plantes les nutriments nécessaires que l’on trouve généralement dans le sol. La culture hydroponique nécessite de connaître le bon mélange de nutriments à mettre dans l’eau, ce qui peut être un peu plus compliqué que de planter dans le sol. Cependant, il existe des systèmes de culture hydroponique comme Aerogarden qui rendent la chose facile à faire.

Étape 3. Déterminez l’emplacement de votre jardin intérieur

En général, le meilleur endroit pour un jardin intérieur est la zone la mieux éclairée. Placer ses plantes contre une fenêtre est une bonne chose, dans les bonnes conditions. Si vous avez des fenêtres orientées vers le nord, les plantes peuvent s’installer directement sur le rebord, car la lumière n’est pas si intense et chaude pour qu’elle puisse leur nuire. Les fenêtres orientées vers l’ouest, en revanche, peuvent être trop chaudes et les plantes devront être placées à environ 1 m de distance des fenêtres. Le climat local est également important : Les jardinières au Nord devront peut-être être éloignées des fenêtres froides en hiver. Vous devez également éviter de placer votre jardin intérieur à un endroit où il pourrait recevoir des courants d’air chaud (pensez au chauffage) ou froid (comme le climatiseur), qui peuvent endommager les plantes.

Si votre seul espace de jardin intérieur disponible n’est pas ensoleillé, vous aurez besoin d’un éclairage artificiel. Ces éclairages artificiels simule la lumière du jour. Il suffit de placer ces lampes de culture directement au-dessus des jardinières pour obtenir les meilleurs résultats. Pour donner à votre jardin intérieur un ensoleillement supplémentaire, pensez à placer les pots sur une surface réfléchissante ou blanche, qui fera rebondir la lumière dans les plantes.

Étape 4 : Choisissez les conteneurs dans lesquels vous allez cultiver vos produits

Si votre jardin d’intérieur doit être à base de terre, choisissez des conteneurs adaptés aux plantes que vous faites pousser. Les tomates et les poivrons ont besoin d’un pot d’au moins 3 à 7l pour les petites variétés, et d’un pot de 11 à 18l pour les grandes, tandis que les légumes verts peuvent pousser dans la plupart des formats . Pour s’assurer que les racines de chaque plante ont suffisamment d’espace pour pousser (ce qui est important pour donner à la plante assez d’énergie pour produire des légumes), utilisez des conteneurs séparés pour chaque grosse plante potagère, bien que plusieurs plantations de petites plantes vertes et de plantes racines puissent être cultivées dans le même conteneur s’il y a suffisamment d’espace pour qu’elles atteignent leur taille maximale.

A lire aussi :  Comment profiter des bienfaits des herbes aromatiques

En plus de la taille du pot, les caractéristiques du récipient lui-même peuvent faire ou défaire votre jardin d’intérieur. Optez pour les conteneurs en plastique, qui sont légers et retiennent l’humidité plus longtemps, et ceux qui ont des trous de drainage pour éviter que le sol ne soit trop saturé. Placer vos conteneurs sur des plateaux ou des soucoupes remplis de cailloux ou bille d’argile. L’excès d’eau s’accumule dans les cailloux pour éviter la pourriture des racines. Cela permet d’évacuer l’excès d’eau chaque fois que vous arrosez vos plantes.

Si vous êtes plutôt du genre à les oublier, envisagez d’acheter un récipient à arrosage automatique, un style de pot comportant un réservoir d’eau sous la plante. Tout comme une éponge sèche qui absorbe rapidement tout liquide avec lequel elle entre en contact, la terre desséchée tire l’eau du réservoir lorsqu’elle en a besoin. Le résultat : Au lieu d’arroser plusieurs fois par semaine selon votre intuition – au risque d’arroser trop ou pas assez – vous n’avez qu’à remplir le réservoir d’eau lorsqu’il est vide. Cela allonge le temps entre les arrosages et aide ceux qui ont tendance à oublier leurs plantes ou qui ne savent pas quand arroser.

Étape 5 : Terreau

Utilisez un terreau de qualité non pas de terre de jardin. Les mélanges de rempotage contiennent un mélange équilibré de tourbe, de compost ou de fibre de coco pour retenir l’humidité, ainsi que de la vermiculite, de la perlite ou des coques de riz pour favoriser un drainage adéquat. La terre d’un jardin extérieur, en revanche, peut ne pas contenir assez d’eau (ou en contenir trop), être appauvrie en nutriments essentiels, ou être trop lourde et dense, ce qui peut entraîner un tassement et rendre l’aération difficile en plus d’apporter des mauvaises herbes.

Lorsque vous choisissez un mélange pour empoter, recherchez un mélange léger et moelleux. En plus d’une bonne terre, les terreaux peuvent contenir de l’engrais, alors vérifiez bien le sac, pour savoir à quelle fréquence vous devez fertiliser. Si le terreau que vous avez choisi ne contient pas d’engrais dès le départ, pensez à en ajouter un qui contient la bonne quantité d’azote pour les plantes potagères et qui est à libération lente pour fournir un flux constant de nutriments. L’azote est le nutriment clé de la croissance des plantes et contribue à créer des feuilles vertes et luxuriantes, qui aident ensuite à capter l’énergie du soleil, à la convertir en sucre et, finalement, à créer de délicieux légumes.

Etape 6 : Plantez les graines ou transplants

Une fois que vous avez trouvé vos conteneurs et la terre pour votre jardin d’intérieur, il est temps de choisir vos semences. Choisissez des graines qui ont un taux de germination élevé (ce qui signifie que beaucoup de graines finissent par germer) et qui sont datées pour la saison en cours. Si certaines graines peuvent durer des années si elles sont gérées correctement et conservées dans un endroit frais et sombre, le taux de germination diminue généralement avec l’âge. Vous devriez également consulter l’étiquette pour connaître la taille estimée de la plante une fois qu’elle aura atteint sa taille adulte. Si elle dépasse les 60 cm de hauteur et de largeur, ce n’est probablement pas un bon choix pour la culture en intérieur, car elle deviendra trop grande.

Planter des graines

Lorsque vous plantez des graines, placez-les à la profondeur recommandée sur le paquet. Gardez le mélange en pot légèrement humide jusqu’à ce que les graines germent et que les semis commencent à pousser.

spray plante

Astuce : Pour éviter d’inonder la plante, après le premier arrosage, pour garder la terre humide, vous pouvez utiliser un vaporisateur.

A lire aussi :  Comment profiter des bienfaits des herbes aromatiques

Plantation de plants

En saison, vous pourrez trouver les transplantations dans les jardineries, qui prennent moins de temps pour être prêtes à être récoltées que les graines. Repiquez les plants à la même profondeur qu’ils poussent dans leur contenant d’origine. Une fois que les plantes ont réussi à s’enraciner et ont commencé à produire de nouvelles pousses, vous pouvez récolter une ou deux feuilles au besoin, et cette cueillette régulière encouragera réellement les plantes à continuer à produire.

Étape 7 : Arrosez votre jardin intérieur.

La fréquence et la quantité d’arrosage des plantes de votre jardin d’intérieur dépendent de vos conditions de croissance et de l’âge de vos plantes. En général, plus il fait chaud dans votre maison, moins l’humidité est élevée et plus l’endroit est ensoleillé, plus vous devrez arroser souvent.

Pour les graines qui ont germé et commencé à pousser, il faut prolonger progressivement l’intervalle entre les arrosages et arroser abondamment lorsque les premiers centimètres de terre commencent à sécher. Dans le cas de plants nouvellement plantés, gardez les premiers centimètres de terre légèrement humides pendant les premières semaines, puis réduisez progressivement la fréquence des arrosages à mesure que les plantes s’établissent.

Une bonne règle de base : Si le sol est sec quand vous plantez votre doigt, il est temps d’arroser. L’eau du robinet est généralement bonne pour votre jardin d’intérieur, mais si vos plantes semblent être affectées par les minéraux contenus dans l’eau du robinet et qu’elles ont le bout des feuilles brunes, essayez de passer à de l’eau filtrée.

Étape 8 : Fertilisez votre jardin intérieur.

Si l’engrais contenu dans votre terreau ou l’engrais à libération lente que vous avez ajouté au moment de la plantation a fait son temps (l’emballage vous indiquera combien de temps il dure), vous devrez probablement continuer à utiliser une sorte d’engrais, surtout si vos plantes montrent des signes de carence en nutriments, notamment des feuilles pâles et une croissance rabougrie. Vous pouvez continuer à ajouter des engrais à libération lente, ou utiliser des engrais liquides qui sont ajoutés directement à l’eau. Optez pour un engrais conçu pour les plantes à fleurs ou pour un engrais équilibré, qui contient la même quantité d’azote, de phosphore et de potassium, les trois éléments nutritifs fondamentaux de la nutrition des plantes. Ces engrais sont appliqués toutes les deux semaines ou tous les mois (là encore, vérifiez l’étiquette), mais envisagez de commencer par une solution diluée, car les recommandations en matière d’engrais sont généralement conçues pour atteindre le niveau de croissance maximum et pourraient même être supérieures aux besoins de vos plantes. Une surfertilisation de vos plantes peut provoquer une croissance soudaine et immense, mais les racines peuvent ne pas être assez fortes et larges pour fournir à la plante suffisamment d’eau et de nutriments, ce qui peut réduire le nombre de légumes qu’elle peut produire.

Si vous utilisez un engrais granulaire, faites des trous de 5 cm de profondeur, espacés de 7 cm, dans le sol avec un outil dont le diamètre est inférieur à celui d’un crayon. Ensuite, saupoudrez l’engrais directement dans les trous et recouvrez-les de terre et d’eau.

Étape 9 : Ne vous découragez pas.

Que vous pensiez avoir la main verte ou non, sachez qu’il est tout à fait normal que votre chou frisé se ratatine ou que votre basilic ait l’air triste et tombant, alors n’abandonnez pas avant d’avoir croqué dans quelque chose que vous avez fait pousser de vos propres mains. Tous les jardiniers tuent des plantes, cela fait partie du processus d’apprentissage. Et n’ayez pas peur de demander de l’aide – les jardiniers aiment partager leurs connaissances, leur passion, leurs plantes et leurs produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.